| 2016 | 2015 | 2014 | 2013 | 2012 |
| 2011 | 2010 - 2007 | 2006 - 2002 |


GILLARD: BROUTIN, A PROPOS DE AFFAIRE GIOTTO

complete interview

November 19, 2011

Lettrisme XXIe siècle - Reading the three texts you have in the exhibition catalog, one understands how this work that spreads over four years has layers of subjects. First, the most emotional meeting with Giotto at Assisi: "We were both exploring perspective: he in figurative art, me in Lettrism. [...] I found a brother in arms," then the polemical question of the authorship of the works, what I would call the lie of the little against the greats, or "the spiritual uniqueness" of Saint-Francis of Assisi who is leading you to reflect on your own work. Am I forgetting something?

Broutin - It is true that several themes criss-cross in this encounter with Giotto: perspective, authorship of works, and the emotion felt when facing a new beauty. Perspective first, because it is at the heart of my process ever since my first drawings in 1968. Lettrist and hypergraphic perspective, initiated through the inclusion of inclusions of letters. (In his essay entitled "Perspective," published by Mike Rose's Studio M in Bamberg, Jean-Paul Curtay characterizes this style as multi-inclusion. His effort stops at the letter as an ingredient of pictorial perspective. He does not see beyond this original element to its existing combinations in words, sentences, paragraphs, the page and clusters of pages, which had however already been explored in "The Paradisiacal Desire and the Outsider.") These inclusions of inclusions of letters create the depth of the word or sentence, then its consequences, the meta-pages in 1973 with their inclined planes and cross-sections, which reveal the theme of economics in the "Paradisiacal Desire and the Outsider," for nearly a decade, and then are picked up again in 2006 with "Desire Rediscovered." Excoordist perspective comes next, made of infinities that are expanding and bound to each other, which gave me the key to re-interpreting the work of Giotto in "The Giotto Affair III" in 2008.

Questioning the authorship of creations leads, as you state, to "the lie of the little versus the greats." In the case of Giotto, as for Picasso or Isou, the place of predecessors and successors or fellow combatants is glorified in order to diminish the contributions of the genius. Sometimes, as for Giotto, they even deny that the artist created certain works.

The emotion I felt, first in the nave of the Cathedral of Assisi in front of those scenes from the life of Saint Francis, was amplified even more before the frescos painted by Giotto and his master Cimabue, that completely cover the walls and vaults of the crypt, like in an Egyptian underground tomb.

Victim of the Stendhal syndrome, angry with those who don't want to humbly recognize genius, and motivated by the need to prolong my oeuvre, I threw myself into the cycle devoted to Giotto.

Lettrisme XXIe siècle - Let's stay for a while on perspective itself. It is really a concern for all the Lettrists, maybe even more exactly a passion, which belongs to you in particular. Can you tell us more about what made it begin and endure for you?

Broutin - What makes a passion arise and endure? In my case it all started with visits to the Museum of the Louvre at age ten – in the Egyptian antiquities – where I studied the juxtaposition of pictorial elements side by side or piled on top of each other.


Tomb of Nebamun, Thebes, 1400 BCE

Then, there was a drawing teacher in the Sèvres high school who opened the door of knowledge, and thanks to her I was finally able to render the perspective of a tree-lined avenue.



Later, fascination with solid geometry earned me the only above average grades in a mathematics course.



Encountering Lettrism did not distinguish this passion; on the contrary it reinforced it and gave it new meaning. Not having found the new esthetic material, all that was left for me was to develop my own rhythms, and that is what I applied myself to in my first works, with


Adam, India ink on unbleached canvas, 130 x 96 cm, 1970 (detail).

inclusions of inclusions of letters, words, sentences, etc., in the "Paradisiacal Desire and the Outsider" with tilted and crossing planes,


The Paradisiacal Desire and the Outsider, India ink and acrylic on canvas, 65 54 cm, 1976

and finally more recently by proposing the perspective of expanding and coordinated infinities in "The Giotto Affair III."


Two Infinities in Expansion Separated by a line (Joseph and the Shepherds), Print and India ink on paper, 30 x 21 cm, 2008

You see, perspective is a thread that runs through all the stages of painting from its origins to where it ends up as evidence at my place in Lettrism.

Lettrisme XXIe siècle - On ne connait jamais les ressorts qui font naître une nouvelle série d'oeuvres, un prolongement inattendu. Aurais-tu quelques idées qui te trottent dans la tête ?

Broutin - To continue exploring the relations among the esthetic elements and their elastic combinations. As I revealed with the "Giotto Affair," the new perspective can serve as a grid for reinterpreting past painting.

I want to confirm this by devoting a study to Kandinsky and non-representational art.

Broutin / Giotto
TRANSLATION by David Seaman
© Lettrisme XXIe siècle / 21st Century Lettrism, JP. Gillard, Broutin

FRANCAIS



MERCI STEVE JOBS

L'ordinateur au clavier des touchers 1991

October 7, 2011

Présenté Galerie de Paris / Eric Fabre dans le cadre de l'exposition Je pilote neuf , 1993.

MORE



GILLARD: BROUTIN, INTERVIEW

September 11, 2011

Il y a longtemps que je souhaitais obtenir une interview de Broutin. Elle me fait donc particulièrement plaisir. J'ai aimé qu'il réponde avec précision sur son oeuvre, et raconte ses étapes cruciales. Qui sait débarasser de son discours l'inutile, mérite attention. Le titre de l'entretien est un clin d'oeil à son tableau, La Grande Fabre (2004-2005), dédié à l'ami des lettristes Éric Fabre.



La Grande Fabre 2, le Désir paradisiaque et l'externité quatre-vingt dix et quatre-vingt onze

August 27, 2011

Encre de chine sur toile
cm 300 x 200, 2010 - 2011

XC
Etant donné que les choix personnels des agents dépendent des biens produits par les fonctions et les producteurs, toute l'Economie, jusqu'à présent, n'a jamais pu parler que des goûts permis des agents donnés. Ainsi, l'ensemble des goûts existants, impossibles à réaliser, l'intégralité des dé-goûts ou des dé-plaisirs, toute la masse des goûts (plaisirs) à venir, comme le phénomène de transformation des goûts (plaisirs) et de leurs unités, ont échappé à notre science. Embrasssant le Désir (dé-goût, déplaisir des goûts - plaisirs - acquis, résultant des catégories des fonctions), l'Economie Nucléaire seule peut, en parlant de cette somme, offrir la vision de l'univers intégral des goûts
(plaisirs).

XCI
Pour Isou, si le monde économique entier se base sur une "donnée physiologique", l'homme, devenu particule psycho-physique du Désir, les simples goûts stratifiés ou cristallisés des agents du circuit ne peuvent pas être des "données", car il s'agit d'éléments tardifs, derniers. Envisageant un monde "pré-circuital", une armature d'externité par rapport à la matrice des choix possibles ou aux catégories acquises, (organisatrices) des besoins, ...

Isidore Isou, in Traité d'Economie Nucléaire, Supplément au Soulèvement de laJeunesse, tome I, chapitre I, le Désir paradisiaque et l'externité, ed. CICK Paris 1972, pp 134 et 136



Les Pyramides
1988 - 2011

May 20, 2011

Pop-up, exemplaire unique, cm 21 x 25

Editions Atelier Lettriste | workshop@gpbroutin.com

MORE



L'Affaire Giotto
2006 - 2010

March 17, 2011

20 mars, Palazzo Bertalazzone, Via San Francesco d'Assisi 14, TORINO

22 mars / 30 avril, Libreria Antiquaria Fabio Freddi, Via Mazzini 40, TORIN

Exibart.com
Undo.net
Contemporaryart Tafter

Une ivresse belle m’engage
Sans craindre même son tangage
De porter debout ce salut
Mallarmé


L'Affaire Giotto III

La perspective étendue et coordonnée

"J'avais laissé Giotto à Assise, sans réussir à résoudre définitivement le mystère de la paternité des fresques du cycle de Saint-François, laissant les experts du maître florentin continuer à confirmer ou à infirmer l’attribution de l'ensemble pictural à mon glorieux prédécesseur.

Quant à moi, je m'accrochais à l'anti-phrase que j'avais écrite dans le carton d'invitation de l'exposition de Colle di Val d'Elsa consacrée aux peintures de la nef de la basilique supérieure de San Francesco : “Giotto n’aurait pas peint toutes les fresques de la vie de Saint François à Assise, Picasso n’aurait pas inventé le cubisme et Isou n’aurait pas créé le lettrisme”.

Je suivais ses traces dans l'Italie de la fin du treizième siècle et l'accompagnais d'Assise à Padoue. J'avais moi-même laissé les collines sienoises pour venir m'installer à Vérone. Il me semblait que, sans y prendre garde, je suivais les traces de mon illustre devancier. Je faisais comme lui le voyage de la Toscane à la Vénétie. Cette fois-ci j'arrivais en terrain déminé, personne ne semblant contester à Giotto l'attribution des fresques de la chapelle des Scrovegni.

Dans les oeuvres que je dédiais au maître d'Assise dans "l'Affaire Giotto", j'avais inséré des éléments d'architecture, empruntés au cycle de Saint François, dans les profondeurs des lettres, des mots et des phrases, afin de définir une nouvelle perspective.

Je n'étais pas resté insensible à la singularité spirituelle de la thématique de la vie du fondateur de l'ordre des franciscains. Mais cette fois-ci les choses se compliquaient. Le thème de la vie du Christ et de sa famille m'apparaissait à la fois comme plus lointain et naif. Le message révolutionnaire du Christ, amenant à la libération des esclaves dans le monde romain, s'étalait sur les murs de la chapelle padouane comme une berceuse racontée aux petits enfants.

En un mouvement inverse, je voulais cette fois-ci utiliser les figures sacrées des Evangiles pour les introduire dans une perspective lettriste, les laisser se mouvoir entre les lettres, se parler entre les mots, naître ou mourir dans les phrases, s'interpeller, se trahir d'une lettre, d'un mot ou d'une phrase à l'autre. C’est ce que j’ai fait dans le chapitre II de l’Affaire Giotto (à paraître aux Editions Peccolo à Livourne dans la collection Souvenirs d’Artistes).

En travaillant sur les planches de la deuxième partie, tout en sentant la nécessité de la réalisation concrète de cette étape qui m’apparaissait, à peine commencée, comme un prolongement de l’acquis, je voulais poursuivre sur la voie que j’avais ouvert à la perspective esthétique en 1995 dans Différents infinis et explorer de nouvelles possibilités encore plus surprenantes, voire vertigineuses.

C’est de cette «ivresse» qu’est né le chapitre III de l’Affaire Giotto, la perspective étendue et coordonnée. Comme une préfiguration des beautés à venir, je plaçais la Capture du Christ sur un fond d’infinis en expansion, j’additionnais des infinis en expansion et coordonnés pour la Cène, je superposais librement des infinis (Joachim chassé du temple), je les accumulais (le Massacre des innocents), les incluais les uns dans les autres (l’Annonciation), les reliais fortement entre eux (la Présentation de Marie), les entremêlais (les Docteurs), les superposais (Le lavement des pieds), les croisais (La Visite à Elisabeth), etc... Enfin, j’inventais des infinis en expansion non précisés (les Lamentations).

J’étais ému par le plaisir de découvrir sous mes mains la révélation des possibilités encore inexplorées de la perspective étendue et coordonnée (excoordiste).

Je rejoignais l’inventeur de la peinture moderne et le promoteur du lettrisme, qui m’avaient permis de jeter, au-delà de leur oeuvre respective, un pont neuf entre le présent et le passé".

Vérone, 2008

MORE



L'Affaire Giotto

March 17, 2011

Catalog for the exhibition, Torino 2011

Editions Atelier Lettriste / Fabbio Freddi



ALAIN SATIE (1944-2011)

February 4, 2011

Pour un avenir meilleur

Alain Satié est né en 1944. Après un passage à l'École des Beaux Arts de Toulouse, il monte à Paris en 1964 et rallie aussitôt le mouvement lettriste dont il deviendra un des protagonistes les plus importants. Pendant presque cinquante ans, il va développer une oeuvre essentielle pour la compréhension de l'évolution de l'art de la deuxième moitié du 20ème siècle.

Ce qu'il nous laisse est immense. Peinture, sculpture, architecture, art du meuble, poésie, cinéma, aucun domaine n'a échappé à sa soif inventive. Il fera de l'approfondissement des concepts isouiens la base de ses apports.

Les premieres oeuvres aux traits encore incertains (1964),  les Entassements maitrisés (1966), l'infinitésimal controlé et relancé (1971), les Transparences (1983),  Les créations du lettrisme en 26 tableaux explicites (1990), les Portraits d'un groupe excoordiste (1995), les Déplacements consécutifs sans origine (2004),  jusqu'aux Souvenirs présents (2006), sont autant d'étapes qui lui permettent d'exprimer ses nuances, d'imposer ses propres dépassements créatifs dans l'ensemble lettriste.

En 1979, dans l'art du meuble, l'un de ses apports le plus important, il propose des fauteuils hiératiques dressant leur dossier comme des totems hypergraphiques et des panneaux de bois mystérieux pour les parois d'une salle de billard.

Mais son oeuvre est également importante par l'énergie qu'il a constamment déployée dans l'édition. Plus de quarante ouvrages originaux jalonnent son demi-siècle, du précieux Superstrat (1966) à la réédition de Pour un avenir meilleur, fin 2010.

Son oeuvre est encore largement inconnue, mais la redécouverte du lettrisme permettra de mieux situer son importance dans l'histoire de l'art contemporain.

Alain Satié rêvait de la Société paradisiaque, idéal pour lequel il a combattu toute sa vie. Alain Sabatier est mort!

Vive Alain Satié!

Broutin, Berlin le 12 février 2011, texte lu par Delphine Ganne lors des obsèques d'Alain Satié.